L'ACCOMPAGNEMENT DE FIN DE VIE

AFV Binome Moyenne.jpg

Lorsque nous faisons entrer dans nos vies un animal de compagnie, nous savons que sa durée de vie sera inférieure à la nôtre et qu’inévitablement, nous vivrons sa perte. Pour autant, cette connaissance ne nous y prépare guère et n’amenuise aucunement notre peine. La place de l’animal de compagnie dans notre société ne cesse d’évoluer. Les liens entre l’humain et l’animal sont de plus en plus forts, il fait partie intégrante de la famille.
La prise en charge de son bien-être physique, émotionnel et social doit donc être à la hauteur de ces liens et ce, jusqu’au dernier moment de sa vie.

Un animal apporte soutien, amour inconditionnel, loyauté,  joie, rires, réconfort, apaisement… la liste est longue !

Il est alors naturel et tout à fait approprié que la fin de vie d’un cher compagnon soit une période extrêmement difficile et éprouvante. Son décès, qui est d’ailleurs souvent notre première expérience avec la mort, peut entraîner une douleur aussi intense que celle provoquée par la perte d’un être humain. A cela s’ajoute le fait que, dans notre société moderne, il est d’usage de ne pas trop parler de la mort, de la cacher lorsqu’elle survient et de masquer notre chagrin. Ce dernier n’est pas considéré comme légitime et le deuil animalier est encore peu reconnu.

AFV Chat moyenne.jpg

L’accompagnement de fin de vie regroupe plusieurs aspects : les soins palliatifs ou gériatriques, l’euthanasie, la prise en charge du corps de l’animal ainsi que le soutien de la famille avant, pendant et après le décès. Cette approche n’est donc pas une recherche de diagnostic ou de remède à une maladie. La fin est proche, nous le savons, l’objectif est qu’elle soit la plus douce possible.

Les soins de fin de vie se concentrent non pas que sur la gestion des symptômes, mais aussi sur le maintien  du confort, de la dignité, du bien-être, du lien unique homme-animal et sur le soutien de l’entourage. Ils visent à veiller à ce que le bonheur prenne le dessus sur la souffrance en s’assurant que les derniers instants, les derniers jours ou les derniers mois de vie passés avec l’animal puissent être pleinement appréciés. Ils ont pour but de préserver la meilleure qualité de vie possible à cet être devenu fragile, jusqu’au processus naturel et normal qu’est la mort. Cela permet de mieux se préparer à la mort tant physiquement que psychologiquement mais également spirituellement afin notamment de réfléchir à la manière dont on souhaite que ces derniers instants soient vécus, tant pour lui que pour nous. Ils offrent alors un temps précieux aux familles et du réconfort pour apprivoiser la mort et ainsi mieux l’accepter.

Lorsque toutes les possibilités d’arrêter les souffrances d’un animal ont été épuisées, l’euthanasie devient alors une option. L’origine étymologique du mot euthanasie vient du grec et signifie « bonne mort » (eu= bien, thanatos=mort). L’euthanasie signifie donc l’art de donner une mort décente, douce et paisible. C’est un acte médical indolore réalisé par un vétérinaire qui consiste à mettre fin à la vie d’un animal. Elle permet d’interrompre une situation très pénible à la fois pour l’animal et l’humain, qui n’évolue pas assez rapidement vers le décès. Il ne s’agit finalement pas d’ôter la vie mais bien de rendre la mort plus paisible.

L’euthanasie à domicile donne l’opportunité de dire au revoir au calme, de manière confortable, en toute intimité, en évitant le stress d’un déplacement, en prenant le temps qu’il faut et en vous laissant la place d’exprimer librement vos émotions sans craintes ni honte. La prise de décision est un défi entremêlé de fortes émotions contradictoires (je veux que la souffrance s’arrête mais je ne veux pas que mon compagnon meurt). Elle nécessite d’être guidé. Vos préoccupations et vos peurs doivent être entendues et apaisées. Pour être convaincu qu’il s’agit de la meilleure décision, un soutien qualifié est fondamental. Le respect de son corps défunt s’inscrit naturellement dans la continuité des soins et de toute l’affection qui lui ait porté. La mise en place d’un rituel d’adieu ou d’une commémoration peut s’avérer utile pour rendre hommage à l’animal et célébrer la vie qui a été construite. Elle est même une étape indispensable dans le deuil de beaucoup de personnes, et est de ce fait, souvent encouragée.

AFV Chien moyenne.jpg

Par le biais d’une communication fondée sur l’empathie, la confiance et l’absence de jugements, cet accompagnement permet d’offrir aux animaux de compagnie et à leur famille l’expérience de départ la plus sereine possible et l’opportunité à l’animal de s’éteindre confortablement dans son foyer.
Il ouvre le dialogue et laisse place à l’expression de la douleur qui est encore trop souvent incomprise par l’entourage, surtout par ceux qui n’ont pas connu de lien étroit avec un animal, et qui pourtant est nécessaire à l’acceptation de la situation.
Il faut beaucoup d’amour et de bonté mais aussi du courage pour accompagner un animal jusqu’à son dernier souffle.
Et il est important que ces derniers instants de vie, qui resteront indéniablement gravés dans votre mémoire, soient synonyme de paix et que le sentiment qui finira par dominer sera 
« d’avoir fait ce qu’il fallait ».

C’est pour toutes ces raisons que nous vous proposons de vivre cette expérience si particulière et essentielle à votre tranquillité intérieure avec nous : terminer d’accomplir votre pacte de protecteur responsable de votre animal en l’accompagnant avec respect et amour au-delà de sa vie.